LogoSite d'information des services de l'Etat sur les risques majeurs recensés dans les Hautes-Pyrénées

Contacts
Glossaire
Bibliographie
Liens utiles

Plan du site
Impression ActualitÈs
Définition du risque mouvement de terrain

AvalancheInondationSéismeMouvement de terrainFeu de forêtRupture de barrageRisque industriel
Mouvements de terrain   Voir la carte de communes concernées Que faire en cas d'urgence ?
Les mouvements de terrain concernent l'ensemble des déplacements du sol ou du sous-sol, qu'ils soient d'origine naturelle ou anthropique (occasionnés par l'homme).

Parmi les différents phénomènes observés, on distingue :

Les affaissements et effondrements de cavités.
Les cavités souterraines sont de trois types :
Les cavités naturelles (elles sont situées dans des formations géologiques sensibles à l’action de l’eau et se forment par dissolution), les cavités artificielles (liées aux différents travaux de l’homme) et les cavités d’origine minière qui représentent une catégorie « à part », au titre de la législation et de la réglementation.
Les cavités souterraines (plus de 500 000 sur tout le territoire, mais aucun recensement n’existe) constituent un des risques majeurs sur le territoire français à la fois en raison de sa géologie, de son histoire et de son développement industriel très important et cela depuis le XIXème siècle. Les Hautes-Pyrénées sont soumises à ce type de phénomènes, ayant essentiellement pour origine des cavités naturelles.




En mars 2002, effondrement de la RD 938 dans la traversée du village d’Anères. Une maison a été évacuée. Un phénomène identique avait été constaté sur la commune en 1977
En savoir plus






Les chutes de pierres et éboulements
Les nombreux massifs rocheux, les falaises occasionnent des chutes de blocs qui peuvent causer des dommages humains et matériels importants sur les habitations implantées dans les secteurs concernés par les trajectoires des blocs en cas de chute.
Les origines de ces mouvements sont climatiques (gel/dégel) et géologiques (nature des roches).

Les glissements de terrain.
Dans un secteur montagneux comme celui de la moitié sud des Hautes-Pyrénées, ces phénomènes sont fréquents et peuvent générer des dommages importants de par les volumes de matériaux et la soudaineté des mouvements. Les origines de ces mouvements peuvent être climatiques, avec l’alternance des cycles gel/dégel, géologiques avec des matériaux plus instables ou anthropiques, suite à des interventions humaines.





Le 27 juin 1986, plusieurs centaines de milliers de m3 de matériaux ont dévalés à Gripp et ont ensevelis deux habitations secondaires sans faire de victimes
En savoir plus





Les modifications de berges de cours d’eau et du littoral
Ces phénomènes sont régulièrement observés sur les principaux cours d’eau du département. Ces phénomènes ont pour origine des causes naturelles En effet, les cours d’eau ont une mobilité naturelle et une dynamique qui provoquent des modifications de lit (accentuation ou disparition de méandre) par érosion des berges.
C’est le cas notamment de l’Adour dans les Hautes-Pyrénées pour lequel la réservation d’un espace de mobilité est à l’étude pour éviter de soumettre des aménagements aux effondrements de berges occasionnées par la dynamique de cette rivière. Les causes de ces effondrements peuvent également être anthropiques, avec notamment les aménagements hydroélectriques (barrages,…), qui retiennent les matériaux solides transportés par le cours d’eau. L’énergie du cours d’eau qui n’est donc plus utilisée pour ce transport solide, se reporte sur les berges en les érodant et en les déstabilisant.
C’est le cas notamment du gave de Pau dans les Hautes-Pyrénées.


Les tassements de terrains provoqués par l’alternance des périodes de sécheresse et de réhydratation des sols argileux

Les phénomènes de retrait et de gonflement des argiles ont été observés depuis longtemps dans les pays à climat aride ou semi-aride ou ils sont à l’origine de nombreux dégâts causés tant aux bâtiments qu’au réseaux et voiries.
En France, ces phénomènes n’ont été mis en évidence que plus récemment, en particulier à l’occasion des sécheresses de l’été 1976, des années 1989-1990 et plus récemment de l’été 2003.
Ces phénomènes de retrait-gonflement de certains sols argileux provoquent des tassements différentiels et les variations peuvent se manifester soit par un gonflement (augmentation de volume) soit par un retrait (réduction de volume). Ces mouvements différentiels de terrain sont susceptibles de provoquer des désordres au niveau du bâti.

Pour en savoir plus sur l’aléa retrait-gonflement des argiles dans les Hautes-Pyrénées
Voir la carte de communes concernéesQue faire en cas d'urgence ?